Pourquoi on se chauffe mal en France (et comment faire bien mieux) #PlanB

100 thoughts on “Pourquoi on se chauffe mal en France (et comment faire bien mieux) #PlanB

  • Pour retrouver l'ensemble des épisodes de notre série "Plan B", c'est ici : https://www.youtube.com/playlist?list=PLFuK0VAIne9K_TDRhSuAAMi4RL2DFVClZ

  • Je trouve que cet épisode aurait mérité d'être approfondi, on passe à coté de pas mal de choses qui pourtant sont implicites dans le reportage :

    – Vous parlez du chauffage grille-pain, qui est effectivement inefficace, mais vous ne présentez pas d'autres technologies de chauffage électriques, comme les pompes à chaleur, qui sont bien plus efficaces (coefficient de performance > 5 dans certaines configurations [1]). De plus, vous ne parlez que d'efficacité, pas d'empreinte carbone, or la France a un réseau électrique particulièrement décarbonné : Les solutions électriques ne seraient-elles donc pas potentiellement plus viables que l'utilisation généralisée de réseaux de chaleur du point de vue des émissions de GES ?

    – A 5:10, vous affirmez "même à énergie consommée égale, les réseaux de chaleur émettent moins de GES que le chauffage individuel" car ils valoriseraient la chaleur d'une combustion qui aurait lieu dans tous les cas. Pourtant, à 5:49 s'affiche un graphique qui montre que 43% de la chaleur utilisée dans ces réseaux provient de la combustion d'énergie fossile… Cela signifie-t-il que l'on considère que la combustion de gaz, fioul et charbon est inéluctable ? J'imagine que ces réseaux de chaleur sont alimentés par des centrales électriques fossiles, ce qui permet d'augmenter la quantité d'énergie utile fournie pour une même quantité de CO2 émise.
    Il n'empêche que ces réseaux sont bien alimentés par des sources qui émettent du CO2 en grande quantité, donc l'affirmation "ils émettent moins de GES que le chauffage individuel" ne semble pas vraie à priori, et doit être justifiée, d'autant plus lorsque ces réseaux sont mis en compétition avec des solutions de chauffage électrique dépendant d'un réseau à ~60gCO2/MWh.

    Cela soulève d'ailleurs d'autres questions : Si ces centrales fossiles sont remplacées à terme par des énergies renouvelables ou par des systèmes de stockage d'énergie pour la gestion de la demande, quelle sera la source de chaleur de ces réseaux ? La valorisation des déchets seule permettrait-elle d'alimenter tous les réseaux existants, et tous les nouveaux réseaux construits si nos efforts de décarbonation vont en ce sens ?

    – A 6:18, vous dites que la biomasse n'émet pas de gaz à effet de serre "en théorie". En effet, cette affirmation est controversée [2]. Tout dépend de comment cette biomasse est générée : Si l'on détruit une zone déjà sauvage pour installer nos plants, outre la perte de biodiversité, on détruit des plantes matures ou en court de maturation qui faisaient déjà office de puits de carbone. Or, les plants d'arbres ne séquestrent un débit optimal de CO2 qu'à partir de plusieurs années. On perd donc potentiellement plusieurs années de séquestration carbone si on joue mal son coup, ce qui n'est a fortiori pas neutre en termes de CO2.

    De plus, la combustion de biomasse qui n'aurait pas brûlée sans nous génère bel et bien une quantité supplémentaire de GES. Si la croissance des plantes qui les remplace ferment bien le cycle du CO2, cela se fait sur un temps long, ce qui n'est là encore pas neutre en carbone : Si j'ouvre le robinet d'une baignoire qui débite 10L/s, que j'attends 10 secondes, puis que j'ouvre la bonde qui débite 10L/s, j'aurais une baignoire qui contient 100L d'eau, et ce malgré le fait que la bonde évacue autant d'eau que le robinet n'en apporte.

    Enfin, la combustion de biomasse représente une opportunité manquée : Plutôt que de brûler le bois que l'on a fait pousser et rejeter le carbone séquestré, pourquoi ne pas simplement l'utiliser tel quel pour d'autres usages qui permettent de garder ce carbone à l'état de cellulose ? Pourquoi ne pas utiliser le bois, par exemple, comme matériau de construction lorsqu'il peut remplacer le béton, matériau extrêmement émetteur de CO2 et consommateur de ressources rares comme le sable ?

    La question de la biomasse est donc bien plus complexe qu'il n'y paraît et on ne peut pas simplement affirmer "la biomasse comme source de chaleur est neutre en carbone".

    – A 7:12, votre comparaison avec les sources de chaleur au Danemark semble sous-entendre que "plus de réseaux de chaleur = moins de CO2 émis". Pourtant, seul 33% de la chaleur produite en réseau au Danemark provient de sources renouvelables [3]. Cela serait-il réellement préférable à un système ne dépendant pas principalement de réseaux de chaleur, mais basé sur des solutions de chauffage électriques reliées à un réseau bas-carbone ? Je trouve le raccourci un peu rapide.

    En bref, je trouve que ce reportage passe très vite sur certaines notions pourtant essentielles pour bien appréhender l'impact de chacune des solutions disponibles, et semble partir de certains principes dans son raisonnement sans les justifier. J'espère que de prochains épisodes permettront de développer plus en profondeur, et notamment des aspects tels que :
    – Les solutions de chauffage électrique performants
    – Des comparaisons qui portent sur le bilan carbone des différentes solutions possibles, plutôt que de simplement évoquer le rendement
    – La dépendance ou non des réseaux de chaleur à l'utilisation de combustibles fossiles
    – Les émissions de particules fines/polluants locaux liés aux sources de combustion fossiles, à la combustion des déchets ménagers, et des solutions alternatives à la combustion de ces derniers
    – Les contextes dans lesquels l'utilisation de biomasse permet effectivement de réduire son empreinte carbone

    [1] https://www.ademe.fr/sites/default/files/assets/documents/fiche-technique-ademe-pompes-chaleur-electriques-2012.pdf, page 2
    [2] http://www.bilans-ges.ademe.fr/documentation/UPLOAD_DOC_FR/index.htm?organiques.htm
    [3] https://wayback.archive-it.org/all/20110310035159/http://193.88.185.141/Graphics/UK_Facts_Figures/Statistics/yearly_statistics/2007/energy%20statistics%202007%20uk.pdf, page 15

  • Rhô le bonheur : des sources et explications en description ! Merci !
    Par contre… Si vous pouviez gentiment prévoir un moment pour pouvoir mettre en pause et consulter vos graphiques au calme ? Passque là, essayez, c'est la bataille 😉
    (OK, les gens qui viennent de chez le réveilleur sont exigeants, mais il met la barre haut…)

  • Un petit mot sur les pompes a chaleur avec puit canadien, qui ont des rendements largement supérieur a 100%, la solution pour les logements isolés qui ne peuvent pas être reliés a des réseaux de chaleur 🙂

  • Attendez, comment une chaudière peut elle avoir un rendement?
    Pour être clair, s il y a un rendement, c est qu'il y a en soit une perte d'énergie. Or dans l'électroménager, ou dans des produits du même type, on rencontre des déperditions d'énergie, qui à ce que je sache sont principalement sous forme de chaleur.(à titre d exemple, l'énergie utilisée par le moteur d une machine au laver va principalement être utilisée pour actionner le moteur, et le reste sera perdu sous forme de chaleurs par effet joule(ce pourquoi les moteurs chauffe) ). Mais alors, si une chaudière possèdent réellement un rendement, quelle est la nature de l'énergie perdue? Si il y a une perte, il en va de soit qu'elle est censé être sous forme de chaleur, mais un radiateur est conçu pour faire de la chaleur, donc il aurait en principe un rendements de 100%. Peut on m'eclairer sur le sujet?

  • Quelques remarques : Parler de rendement, c'est bien, mais il faut aussi prendre en compte les pertes en ligne. Dans un appart, c'est très limité, sur un réseau de chaleur, beaucoup plus important. Sans compter que l'on sait faire des chaudières gaz pour particulier qui dépasse les 100% de rendement car elle sont dites à condensation, ce qui permet de récupérer de l'énergie supplémentaire. De plus vous mélanger les énergies dites renouvelables et celles qui "n'émettent pas plus de CO2", c'est pas la même chose ! D'ailleurs, comment vous trouvez les 21% de renouvelable, alors que juste après vous parlez de 25% qui provient du bois. Pour autant que je sache le bois est une énergie renouvelable, et à elle seul fait plus que les 21%, et c'est sans compter la part du renouvelable dans l'électricité. Enfin, un dernier point d'intérêt : même si le nucléaire est loin d'être une énergie renouvelable ou propre, c'est une énergie qui n'émet pas ou peu de CO2 (fonction si on prend en compte le cycle de vie des centrales), donc faire un rejet du chauffage électrique ne nous aidera pas, du moins à court terme.
    Donc c'est bien de vouloir parler du sujet, encore faut il en parler correctement. Plutôt que dire 3 mots sur l'isolation des bâtiments en fin de vidéos, je penses qu'il aurait été intéressant de consacrer une part plus importante sur l'isolation.

  • Une belle propagande … combien vous avez été payé pour une telle pub ???
    Superbe .. comparer un convecteur électrique du siècle dernier (en plus en poussant un peu sur ses défauts connus quasiment depuis leur apparition dans les années 60/70) avec votre chaufferie centralisée c'est faire preuve d'une grande objectivité. Hormis le fait de la valorisation des déchets qui est un plus effectif, nombre de chaudières individuelles (à gaz notamment) font bien mieux depuis des décennies en terme de rendement .. surtout que vous oubliez totalement les pertes de distribution de la chaleur entre votre chaufferie et les points d'utilisation.
    Un peu d'objectivité SVP d'autant que le meilleur chauffage c'est celui que l'on ne consomme pas et l'isolation des bâtiments desservis a certainement pas mal de progrès à faire comme dans beaucoup d'endroits.

  • Je ne comprends pas en quoi le chauffage électrique qui s'allume et s'éteint est inefficace.. Où est la perte d'énergie ?? Dans un chauffage électrique, toute l'énergie est dissipée sous l'effet Joule, donc en chaleur, ce qui est le but du radiateur..

  • Il faut clairement isoler mieux, c'est un gros problème.
    Il faut aussi augmenter la part de nucléaire, investir dans le développement de la fusion, et réduire la part des énergies fossiles.

  • Premiere minute: "vous l'aurez compris c'est une façon peu efficace d'utiliser de l'énergie". Alors désolé, je suis ingénieur et j'ai pas compris. Que ce soit par pic ou au même niveau sur la durée, la même quantité de chaleure est produite avec la même quantité d'énergie.

  • Excusez-moi, il me semble avoir vu une vidéo du réveilleur où il disait que le chauffage au gaz passant directement de l'énergie chimique à thermique produisait moins de gaz à effet de serre en moyenne que celui électrique dû au gaz émis lors de la production et de l'énergie perdue dans la conversion

  • Et je pense que récupérer l'énergie des déchets brûlés est une mauvaise idée si à long terme on veut créer une économie circulaire même si ça reste une bonne astuce aujourd'hui.

  • Qu'on le fasse seulement avec les locaux d'entreprises et ce sera déjà pas mal. Je n'ai pas envie que l'on contrôle à ma place la température qu'il fait chez moi.

  • Concernant le "Grille pain": Ce n'est pas clair pourquoi un chauffage électrique qui fait du on/off n'est pas "efficace". L'analogie avec une voiture n'est pas valable du tout. Vous devriez creuser plus. Je ne suis pas expert, mais deux points sont a considérer: 1. La chaleur échangée est plus important lorsqu'il y a une grosse différence de température 2. Le "on/off", c'est comme ca que beaucoup de machines électriques fonctionnent, donc j'ai des doutes que cela ne soit pas "efficace".
    De plus, comme vous le savez, en France, l'électricité vient principalement du nucléaire, qui n'émet pas de gaz a effets de serre. Ce grille pain a donc un impact très faible sur le réchauffement climatique.

  • Faut arrêter de comparer la France a des petits pays du Nord… Au Danemark, ils sont 5 millions d'habitant, dont la moitié vivent à Copenhague. C'est donc largement plus facile pour eux de mettre en place des politiques similaires. Il suffit que juste cette ville fonctionne sous cela et ils ont déjà 50%.

  • Simplement pour revenir sur le grille pain qui fonctionne à l'électricité (qui pollue sûrement plus que les réseaux de chauffages), je ne comprends pas trop l'analogie avec la voiture ? Dans la voiture, sans toutes les donner, il y a énormément de pertes, et surtout le freinage n'est pas récupéré. Pour le chauffage, la seule perte qu'il a, c'est de la chaleur (non ?), et ce tombe bien car c'est ce que l'on veut, donc je ne comprends pas en quoi le démarrer puis l'arrêter consommerait plus d'énergie que de tout le temps le mettre à puissance moyenne ?

  • Oui c'est bien beau mais un réseau de centrales à la campagne ce n'est pas envisageable! Que penser des climatiseurs réversibles (inverter) qui promettent des rendement supérieur à 100% (COP, SOP)? Serait ce une solution unitaire viable sur tout un cycle?

  • Du coup en brulant les déchets plastiques il n’y a aucune pollution rejetée ?
    Je pense que je vais commencer à mettre des sacs poubelles dans ma cheminée !

  • Sujet intéressant qui met en avant l’utilisation de chaufferie centrale avec des exemples et des chiffres concrets. Je trouve juste que le titre de la vidéo n’est pas adapté ou trop large à mon goût. De plus, vous ne citez pas l’énergie nucléaire comme énergie fossile qui représente une grande partie de source d’énergie en France. Enfin, je finirai par ce dicton connu « l’énergie la plus propre ou la moins cher c’est celle qu’on ne consomme pas » à méditer. Bonne vidéo tout de même, continuer comme ça!

  • Je suis un peu tiède 🙂 Un réseau de chaleur, c'est 10 % d'énergie perdue dans le réseau, contre 2 % pour le réseau électrique. Et puis brûler les déchets, c'est bien, mais on nous dit qu'il faut passer au zéro déchet. Comment alimentera-t-on les réseaux de chaleur quand on aura réduit nos déchets de 90% ?

  • Pourquoi à 1:55 sur votre fromage vous comparez renouvelables et non renouvelables alors que l’on parle d’énergie carbonée/décarbonée ? La preuve vous dites « or le pétrole et le gaz ça produit bcp de gaz a effet de serre » d’ailleurs le charbon aussi
    N’aurait-il pas fallut faire une liste décroissante du moyen de production le plus carbonée ? En ajoutant aussi ensuite le solaire le nucléaire l’éolien (même si je ne connais pas la part pour l’E produite destinée au chauffage)
    Aussi petit point de mec relou… vous faites monter le rendement possible d’une chaudière jusque 100% en sous entendant qu’on optimise la chaudière sauf qu’un rendement de 100% ça n’est pas possible
    À part ça, très bonne vidéo sur les réseaux de chauffages qui sont à développer en France et j’attends la prochaine vidéo sur l’isolation des foyers 🙂

  • En Finlande je n'ai jamais eu froid même quand l'hiver on avait -30°c le jour et -50°c la nuit, la France est un pays affreux en matière d'isolation thermique et systèmes climatiques, on a trop chaud en été et trop froid le reste de l'année.
    Dans mon précédent logement en France avec chauffage central au gaz, je payais 80€ par mois de charge prévisionnelle de chauffage, là je paye presque 200€ alors que c'est froid, l'isolation est quasi inexistante, je n'ai jamais eu froid comme ça en Finlande.

  • Pas mal l'idée du chauffage collectif géant mais sinon pour moins cher on peut aussi utiliser la chaleur de nos propres équipements électriques. Par exemple Free (pour ne citer que lui) redistribue la chaleur produite par les équipements de ses data center, la chaleur est ainsi recyclée et donc pas besoin d'en créer exprès. Nous sommes entourés de machines tournant 24h/24 dans des usines, dans des lieux publics (métro, machineries d'ascenseur, frigos…) Il y a de quoi faire.

  • Quelle est la composition du reste des 79% d'energie non renouvelable? Le nucluéaire? (après tout, c'est un minerai non renouvelable)

  • C est dommage que la video ne soit pas tres objective… je veux dire pars la qu on met en avant que les "bons cotés"
    Par exemple, je ne comprends pas coment le reseau de chaleur est rentable economiquement.
    Et on ne parle pas de ma duree de vie du reseau de chauffage ?
    Gagner 1,5m de voitures, c est dure de se representer ce que ca fait !
    Et puis Construire un tel batiment c est cher !Economiquement comme ecologiquement ! Donc est ce vraiment rentable ? certainement moins que ce aui nous ai presenté.
    La video est tres interessante sinon, avec la mise en avant d une vrai problematique.

  • Je reste assez sceptique quand à la mise en place de ce genre de système. Certes le rendement de la chaudière est très interessant mais je pense que les pertes en réseau de distribution sont non-négligeable (plus le réseau est étendu plus il y a de pertes). Entre la chaudière domestique à 90% de rendement avec 5m de tuyau et le réseau de chaleur à 100% de rendement avec 10km de tuyau enterré et quelques dizaines de mètres de distribution dans chaque immeuble, je ne suis pas sur que le réseau de chauffage soit plus intéressant. Je ne compte même pas les coûts écologiques annexes : matériaux de construction du système, travaux de voirie, surveillance via moniteur en permanence, entretien de l'installation. 

    J'ai l'impression qu'on passe toujours à côté du problème, le plus important pour l'écologie ce n'est pas de remplacer un système de chauffage par un autre plus performant mais de diminuer globalement le besoin de chauffage. 
    Donc je pense que l'étape numéro 1 c'est d'investir dans l'isolation du parc immobilier.

  • Le mieux c'est le chauffage au pull. Qu'on arrête avec les pubs présentant les gens en tee-shirt. Et isoler,bien sûr. Pourquoi "en théorie" la combustion de biomasse n'augmente-t-elle pas la production de gaz à effet de serre ? L'explication habituelle du bilan carbone n'est guère convaincante : 1/ c'est une combustion productrice de CO2, 2/ il faudrait réduire nos déchets et notre abattage de bois, donc il vaudrait mieux recycler = donner, réutiliser…

  • La comparaison avec la voiture n est pas très pertinente parce qu'il n y a pas d inertie. En plus les chauffages électriques c'est 75% de nucléaires qui ne produit pas de co2.

  • Il serait intéressant d'utiliser une partie de la chaleur générée par les centrales nucléaires. Cela représente une quantité d'énergie énorme, au moins un megawatt par tour d'évaporation / réacteur.

    Au lieu de balancer des milliers de tonnes de vapeur bien chaude en l'air, pourquoi ne pas l'utiliser… Et rappelons que la vapeur d'eau est un très puissant gas à effet de serre, bien plus que le carbone, si on peut en éliminer une partie, on pourrait localement faire baisser les taux d'effet de serre.

  • C'était très intéressant d'en apprendre sur les réseaux de chaleur, par contre, j'ai été déçu par les bons résultats un peu trop amplifiés.
    En effet la "valorisation des déchets" n’émet pas de gaz à effet de serre supplémentaire comparé à si on les incinérer sans utiliser l'énergie produite. Cependant, leur incinération émet tout de même énormément de CO2 qui ne serai pas émis s'ils avaient été mis dans une décharge comme la majorité des déchets en France (ademe ITOM).
    De plus "le bois de récupération" est une source d'énergie renouvelable uniquement si le bois à été produit de manière renouvelable ce que l'on ignore complétement pour les meubles et cagettes récupérés.

    Enfin vous avez comparer pour les réseaux de chaleurs la part d'énergie "n'émettant pas de gaz à effet de serre supplémentaire" à la part d'énergie renouvelable pour "l'énergie à l'origine de la chaleur en France. "Renouvelable" et "n'émettant pas de gaz à effet de serre" sont deux choses différentes. Si l'on compte le "n'émettant pas de gaz à effet de serre" il faut aussi inclure le nucléaire.
    Ainsi si l'on reprend les énergie n'émettant pas de CO2 des réseaux de chaleur (sans la valorisation des déchets) on obtient 31%. Et pour l'énergie n'émettant pas de CO2 à l'origine de la chaleur en France (renouvelable + nucléaire) on obtient 39%.
    Bien sûr, ce résultat : la proportion d'énergie non-émettrice de CO2 ne veux pas dire que les réseaux de chaleurs sont bon ou mauvais pour l'environnement. En effet il cette valeur n'inclue pas l'efficacité énergétique. Cependant j'ai trouvé que ces données chiffrées étaient particulièrement biaisées.

  • Simple question : L'isolation des tuyaux ne pose pas problème ?
    Est ce que le rendement prend en compte les pertes énergétiques ?
    Car un chauffage individuel aura très peu de perte contrairement en terme de tuyaux de canalisations par rapport au chauffage centralisé avc plus de 1000 bâtiments chauffés

  • Donc avec le zéro déchet, faudra brûler + de bois… "En théorie, neutre en Carbone"… En pratique, le bois brûlé vient de meubles fait en bois de Sibérie ou autre dont je doute que les parcelles abbatues soient replantées. C'est le mode de vie qu'il faut changer, pas ses modalités…

  • j'aimerais bien connaitre le rendement après transport dans les habitations du réseau de chaleur…
    ET renouvelable ça veut pas dire que c'est mieux, chauffe ta maison dans une vielle cheminée au bois, bonjour le bilan carbone….

  • Et pour les zones rurales ? Dont les sols peuvent rester gelés plusieurs jours/semaines et la distance entre les habitation est assez grandes ?

  • 4:45 Pourquoi faire l'aller-retour Paris – Massy en voiture plutôt que de prendre le RER B ? #PlanB faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais

  • C’est pas la même journaliste qui voulait interdire l’héritage ? Ça va être quoi sa prochaine leçon ? comment nous essuyer les fesses proprement ? Il n’y a rien dans ce reportage d’instructif et même le titre est erroné pourquoi Écrire un titre où on critique la France alors que justement elle trouve la solution en France . J’aurais penser qu’elle serait partit au Canada, les réseaux de chaleur chauffe des villes entières la ba de 1 et de 2 c’est une blague de comparer la France au Danemark la prochaine fois elle va comparer la France avec quoi ? Andorre ? C’est quoi cette journaliste en carton qui veut faire la moral à chaque vidéo ? Rendait lui sa carte de la France insoumise et ne renouveler plus son cdd !

  • Même si les réseaux de chaleur semblent être une bonne idée, la vidéo est franchement bof par rapport à d'habitude:
    -l’analogie avec la voiture qui accélère et freine est simplement fausse (!)
    -expliquer d'où vient un rendement inférieur à 100% dans une chaudière classique aurait été pertinent (et aurait montré que l'exemple du chauffage électrique n'est pas le plus adapté)
    -on brule les déchets, cool ! Je fonce acheté des produits emballés, c'est bon pour la planète. J'exagère, mais vous avez compris l'idée.

  • MDR le GAZ a effet de serre c'est un des moins dangereuse que faite vous des autres particule plus dangereuse que dégage les poubelles ? je dit ça je dit rien

  • difficile de comparer le Danemark et la France ils ont un pays avec des population beaucoup plus urbaine et concentrer

  • J'ai connu un chauffage urbain dans une ville flamande en Belgique, mais on parlait de le supprier car les habitants trouvaient qu'ils ne pouvaient pas chauffer comme ils voulaient – avec un chauffage privé on peut mettre la température qu'on veut…

  • Ça aurait été sympa de rajouter un petit mot sur le fait que la plupart des gens chauffent trop (20°C ou plus en hiver…) à la fin comme pour les logements 🙂

  • je ne comprend pourquoi elle dit que ce qui est bruler német pas de co2 supplémentaire évidament que cela émet plus de co2 par exemple le bois aux lieux de le bruler si ont le compostait presque aucun co2 supplémentaire serait émis

  • Un des gros problème de ces réseaux de chaleur, si cela n'a pas été prévu et réfléchi très loin en amont, d'un point de vue urbanistique, ce sont les travaux nécessaires afin d'amener cette chaleur vers les logements.

  • Demain on pourrait faire tout les efforts du monde, manger vert, marcher pour aller au boulot, etc ça ne servirait à rien si on continu de ce multiplier comme des lapins, on s’arrêtera quand? 20 milliards? 50? Dans tout les cas on respirera toujours, on mangera toujours, il nous faudra toujours des maisons etc Il n'y à pas que le CO2, les poissons, animaux, insectes disparaisse, les terres ne sont plus fertile etc. Donc le vrai problème, le seul problème c'est le nombre. Si on retombe à 1 milliard on vivrai tous comme des roi et la planète repartirai dans le bon sens, il suffit de limiter les naissance dans tout les pays du monde lors d'une COP et le problème écologique est régler. Sauf que cava a l'encontre de la croissance, du capitalisme car un être humain qui naît est un consommateur… L'homme peut se sauver mais à fait son choix, continuons de nous polluer, notre atmosphère, notre eau, notre nourriture, de toute façon la planète sera la bien après nous….

  • Un épisode sur les gestes (ou même les adaptations) a faire chez soi pour consommer moins serait si intéressant! 😉

  • "pourquoi on se chauffe mal en France" c'est pas une question qu'un mec qui aurait rien à faire pourrait se poser ça ?

  • Ok d'accord, mais c'est quoi le rendement de cette usine à chaleur? j'attendais ça pour illustrer en quoi, ce qu'on nous explique tout le long, c'est plus efficace.

  • Le mieux serait d'utiliser la chaleur des centrales nucléaires là où il y en a, ou éventuellement d'installer des petits réacteurs en ville pour s'y chauffer

  • Je trouve qu'il est hautement dommage de ne pas parler des pompes à chaleur qui ont un rendement largement supérieur à 1 donc bien meilleur que celui du chauffage centralisé. Les pompes à chaleur sont d'autant plus écologiques grâce à notre électricité décarboné (je le rappelle le nucléaire émet très peu de Co2).

  • Alors la comparaison avec la voiture n'est quand même pas la plus pertinente mais bon..

    De plus, je pense qu'il y a un sujet beaucoup plus important qu'il faudrait traiter avant, ou au moins en même temps qu'une refonte du système de chauffage en France (il est d'ailleurs actuellement comme ça – chauffage électrique par résistance – pour avoir une charge de base importante, relativement constante et facilement prévisible pour permettre le bon fonctionnement et l'intégration des centrales nucléaires en France, qui sont pilotables mais pas super flexibles – bonjour le lobbying d'EDF :o) ), et ça concerne l'isolation des bâtiments, c'est avec ça que l'on fera les plus grosses économies en terme d'émissions de gaz à effet de serre. C'est d'ailleurs ce que font les danois remarquablement bien, dans notre appartement à Copenhague on est connecté à un de ces réseaux de chaleur (district heating) mais en fait on a que très très rarement besoin d'allumer le chauffage puisque le bâtiment est très bien isolé!

  • Bravo le monde, enfin une idée novatrice du challenge énergétique autre que le clash électrique (meme si en France l'élec reste plus préférable au fioul, pour l'instant).
    PS : les arguments de centralisation sont les mêmes pour l'élec, je dis ça je dis rien

  • Sujet intéresant sur les réseaux de chaleur, il y a néanmoins quelque chose d'incohérent : au début vous présentez le mix énergétique de production de "chaleur" en général mais vos données sont sûrement celles des réseaux ou hors électricité (peu représentatif). Une grande partie de la chaleur au global est produite en France avec de l'électricité (convecteurs, pompes à chaleur, chauffe-eau, même dans la métallurgie par arc électrique). Du coup l'énergie primaire nucléaire devrait être fortement représentée.

    Les convecteurs stratifient la chaleur qui s'accumule au plafond, mais leur rendement énergétique en soi reste de 100% sur l'électricité consommée. La température de la pièce varie très peu entre les périodes de chauffe et de non chauffe, l'argument de l'inertie est plutôt commercial.

  • Mais non, laissez-faire ! Le marché va tout NATURELLEMENT proposer la solution la plus efficiente & adéquate aux individus…

  • Sujet bien construit – Juste sur le réseau de chaleur de Massy, il utilise des chaudières LFC avec pour combustible du bois et du CHARBON.

  • 1:54 pourquoi dans les énergies non renouvelables il y a si peu de nucléaire ? Alors que la majorité de l'électricité produite en France est produite grâce au nucléaire ?

  • Plusieurs explications dans cette video sont trop vulgarisé pour être utile. Le chauffage électrique par exemple à en fais un rendement de 100%. Il y a des pertes dans la génération d'électricité, pas de chaleur. Les centrales de chaleur performent bien environementalement car il n'y a très peu de perte dans la production de chaleur. Ces systèmes vont seulement avoir des pertes dans l'acheminement de la chaleur jusqu'à l'utilisateur. La solution la plus environmental dépend donc principalement du type de génération d'électricité disponible dans la région. Au Québec par exemple, le chauffage électrique est très bon pour l’environnement car il provient d'une source qui n'émet pas de gaz à effet de serre. On pourrait probablement avoir des situation similaire en France dans une zone avec forte présence éolienne.

  • Vidéo géniale, pourquoi ne pas sensibiliser les politiques en organisant des séances de "conseil" à l'assemblée nationale ?

  • J'aurais bien aimé qu'ils expliquent comment ça se passe au bout du réseau pour les utilisateurs ! Parce qu'ayant connu un chauffage commun dans une tour HLM, on avait aucune prise sur la température dans le logement (les radiateurs étant tous activés par le logeur en novembre par exemple) et qui était maintenu à 19°C en hiver, donc on avait froid parfois

    Ça aurait été intéressant d'un point de vue technique aussi, pour comprendre comment la chaleur produite par ce super réseau est ensuite rendue utilisable par les consommateurs

  • Bonjour et merci pour cette vidéo,
    Cependant, j'ai quelques remarques :
    1- Le rendement des chaudières des réseaux de chaleur n'est pas précisé
    2- Quid des déperditions effectivement on peut avoir un réseau ayant un rendement imaginaire à 100% si les déperditions pour acheminer l'énergie sont de 15% alors le rendement final est moins bon que la pire des solutions individuelle à 86%.
    3- Le niveau des revalorisations des déchets est élevé pour deux raisons :
    – On a pris l'habitude en France de brûler les déchets, donc ce sont d'anciens incinérateurs qui ont été transformés en centrale thermique (le reportage n'est pas clair la dessus)
    – L'Europe pousse à revaloriser ces combustions et donc à transformer ses incinérateurs en centrale thermique. Sauf que par exemple pas très loin de chez moi, cette énergie va servir à faire de la tomate en serre chauffée (à 800m d'altitude) pas mal le côté écolo du truc…
    4- On peut constater que le niveau des enr pour le chauffage des français est de 25% (bois), et 6% réseau de chaleur. On pourrait aussi rappeler que l'électricité nucléaire est une énergie très décarbonée, pour le coup la France n'est pas si mauvaise en production d'énergie par rapport aux voisins.
    5- Ce qui est vrai ailleurs n'est nécessairement vrai en France, par ex le Danemark est un petit pays bien plus densément peuplé que le nôtre. Il y est donc plus simple et plus pertinent de mettre en place des centrales thermiques.
    6- Les systèmes globaux presentent une très faible résilience. Les smartgrids me semblent plus pertinents à l'échelle de la France.
    7- Le meilleur KW est celui qui n'est pas consommé donc oui, il faut mettre le paquet sur la rénovation thermique des bâtiments. Cf les travaux de M. Olivier Sidler trouvablent assez facilement sur le net.
    Bien à vous,

  • Oui mais qui dit équipement communautaire dit, intervention de l'État ou des collectivités et donc emploi de fonctionnaires, c'est-à-dire problème de fainéantise, d'avantages sociaux prohibitif, de grève, de mépris, d'orgueil et donc de coûts sociaux insupportable qui produiront a leurs tours des impôts prohibitif !

  • C'est super le sujet – Mais le biomasse consomme énormément en CO2 je crois – mais ca reste largement mieux que la dépendance aux matières Fossiles c'est sur,

Leave a Reply

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *